Comment faire du blé différemment?

En 1997, Jean-Jacques Mathieu et sa femme se sont installés comme céréaliers sur une vingtaine d’hectares à Tréziers dans l’Aude. Au début, les rendements étaient très faibles. « Je n’y connaissais rien, j’utilisais du blé dur commercial en bio mais ça ne poussait pas, car ils étaient sélectionnés par et pour la chimie ». Les blés inscrits au catalogue « sont testés avec deux cents unités d’azote », ajoute-t-il. Ils ne sont donc pas du tout adaptés à l’agriculture biologique.

Jean Jacques Mathieu se consacre surtout à la culture des blés. Dans le cadre d'un programme mené par l'INRA, aux côtés d'archéologues botanistes du CNRS, il a pu obtenir des variétés anciennes, sélectionner les plus intéressantes et les réintroduire dans ses parcelles. Pas moins de quatre cent variétés poussent dans ses champs, dont la tendre touzelle (blé précoce dont l'épi est sans barbe), spécifique au Midi, ou l'amidonnier, l'un des premiers blés cultivés.

Ferme De Coumeillou

Jean-Jacques MATHIEU et Patricia CORSINI

producteur

La Coumeillou 11230 Tréziers

SUIVEZ-NOUS!

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle
A lire aussi