• Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon

"Un autre regard sur les savoir-faire et terroirs de France"

Lancé en 2017, THE FRENCHIP est un média qui vise à valoriser les savoir-faire et terroirs de France en mettant l'accent sur la beauté des photographies et le goût pour les belles histoires, car derrière chaque artisan, paysan, créateur, se cachent des gens passionnés et passionnants qui mettent tous leurs efforts au service du rayonnement de leur métier, de leur patrimoine régional et par dessus tout de la France. En savoir plus

 

© 2017 THE FRENCHIP 

Francis Lefèvre, de la science à l'art

5/2/2018

 

Souffleur de verre, souffleur de rêve. Découvrez aujourd'hui le portrait de Francis Lefèvre, homme de science et artisan verrier.

 

 

Fasciné par les gens qui font d'une passion un métier, peu importe les difficultés, le photographe Julien Cousin nous propose un premier reportage d'une série sur les métiers de l'Artisanat. Cette série débutée il y a maintenant cinq ans, est réalisée en noir et blanc. Julien apprécie son côté intemporel, qui lui semble servir son propos ainsi que son esthétisme. Pour ce premier épisode, il nous propose de découvrir, Francis Lefèvre, cet artisan au parcours singulier, scientifique de formation et artisan d'art.

 

Ce sont les rencontres qui ont façonné la carrière de Francis Lefèvre. La première eut lieu enfant lors de la visite d'une exposition artisanale. "Cette façon de travailler le verre m'a tout de suite attiré". 30 ans après, la passion est toujours intacte. "Il y a toujours une magie qui opère, on ne s'en lasse pas".

 

 

 

Plus tard, c'est une association à la recherche d'un souffleur de verre pour une exposition artisanale qui lui mettra le pied à l’étrier de la création artistique. "D'une exposition à une autre, la demande du public grandit et le goût de l'artistique avec". Enfin un stage avec un verrier de Murano, lui permettra d'acquérir la technique vénitienne.

 

 

 

Francis Lefèvre est souffleur de verre au chalumeau. Il a réalisé sa formation à l'école Dorian à Paris sur de la verrerie de laboratoire. La meilleure école selon lui. "Si l'on veut faire de l'artistique, il faut maîtriser le laboratoire. Cela permet d'acquérir une certaine rigueur, discipline, régularité dans le travail". Au départ, il travaille dans une société qui ne fait que de la verrerie de laboratoire, avant de s'installer à son compte et de répartir son temps et ses clients entre le laboratoire, l'artistique (particuliers, maison de luxe, bureau d'étude en parfumerie) et la restauration de pièces anciennes ou modernes.

 

 

« L’acquisition d’une connaissance, quelle qu’elle soit, est toujours profitable à l’intellect, parce qu’elle lui permet de bannir l’inutile et de conserver le bon. Car on ne saurait rien aimer ou haïr qui ne soit d’abord connu. » Leonard de Vinci 

 

 

 

Il travaille le Pyrex pour le laboratoire, le borosilicate et le Murano pour l'artistique. Un chalumeau à buses tournantes, des pinces Bruxelles pour prendre le verre et en arracher certains morceaux, des pinces plates pour l'écraser, des ciseaux, du graphite pour l'aplatir et des charbons pour les évasements composent son outillage. Butane, propane et oxygène permettent d'obtenir des flammes de dimensions et de températures différentes. "On va jouer soit dans la flamme, en bout de flamme ou sur le dessus de la flamme". 1500°C permet d'étirer le verre, 1800°C de le souffler. Tourner le verre est la clé du soufflage de verre au chalumeau. "Une main tourne beaucoup et l'autre accompagne le mouvement, afin de chauffer le verre uniformément, et d'éviter qu'il ne fonde et ne coule".

 

 

 

Patience, abnégation, rigueur, humilité, discipline, sont les principales qualités d'un bon souffleur de verre; mais surtout il faut prendre du plaisir. "Ce n'est qu'au bout de 10 ou 15 ans que l'on est vraiment à l'aise dans le métier, tout est une question de coup d'oeil et de coup de main. Néanmoins on progresse tout le temps, on apprend toujours de part l'innovation, la technique, les demandes. Il y a toujours une remise en question surtout dans l'artistique. Avec le verre il y a un côté un peu aléatoire lors de la fabrication de l'objet artistique qui ouvre le champ des possibles et de la créativité, c'est presque infini. Il n'y a rien d'écrit d'avance".

 

 

 

 

Merci à Francis Lefèvre de m'avoir accueilli dans son atelier et d'avoir pris le temps de me faire découvrir son métier.

Photographie et texte: @juliencousin

Le site de Francis Lefevre

 

 

Aimer
Please reload

SUIVEZ-NOUS!

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle
A lire aussi

La naissance d'un vignoble dans le Lot

May 29, 2018

Lauzerte, sur la route de Compostelle

May 11, 2018

Simond, le coutelier des glaces

May 8, 2018

1/2
Please reload