• Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon

"Un autre regard sur les savoir-faire et terroirs de France"

Lancé en 2017, THE FRENCHIP est un média qui vise à valoriser les savoir-faire et terroirs de France en mettant l'accent sur la beauté des photographies et le goût pour les belles histoires, car derrière chaque artisan, paysan, créateur, se cachent des gens passionnés et passionnants qui mettent tous leurs efforts au service du rayonnement de leur métier, de leur patrimoine régional et par dessus tout de la France. En savoir plus

 

© 2017 THE FRENCHIP 

Le Nombre d'Or de Bruno Toupry

29/1/2018

Nous vous invitons aujourd'hui dans l'atelier de Bruno Toupry qui s'est spécialisé notamment dans la dorure à la feuille, une technique méticuleuse qui remonte à l'antiquité.

 

Dans son atelier qu'il a baptisé "Le Nombre d'Or", Bruno Toupry ne laisse rien au hasard. Cet artisan d'art éclectique, qui est aussi ornemaniste, a développé son savoir-faire de la pose de feuille d'or selon les usages et techniques classiques issus des traditions italiennes et françaises du 17ème et 18ème siècle. On nomme cette technique la "dorure à la détrempe" car la feuille d'or s'applique à l'eau sur le bois, en ravivant les propriétés collantes du gesso, un apprêt à base de peau de lapin.

 

 

Nous avons rendez-vous dans son atelier situé Cour de l’Industrie au cœur du 11ème arrondissement parisien, dans un pôle artistique appartenant à la mairie de Paris. Une quarantaine d’artisans d’art et artistes y travaillent au quotidien dans une émulation d’échange et de partage dans la tradition du Faubourg Saint-Antoine qui abrite quantité d'artisans d'art, ébénistes, tapissiers, encadreurs et la célèbre Ecole Boulle.

 

 

 

 

 

Bruno Toupry, depuis 2005, se consacre notamment à la restauration de mobiliers dorés et polychromés du XVII et XVIIIème siècle. Une spécialité et un art dont il aime aussi parler: « La réparure est l’art du doreur ». Cette petite phrase, que tous les doreurs sur bois ont entendu un jour, est malheureusement trop courte. Si courte qu’elle explique tout et à la fois rien sur les difficultés de cette technique inhérente à ce métier: Son apprentissage a d’abord commencé de façon sérieuse par le dessin d’ornement de style à l’Ecole Boulle avec Patrick Blanchard et à l’atelier du sculpteur ornemaniste Aline Christine Putot à Paris; puis, par l’observation de mobiliers en bois dorés au Musée du Louvre, le Musée des Arts décoratifs, le château de Versailles et les différents mobiliers qu'il a eu la chance de restaurer.

 

 

 

Tandis qu'il nous fait la démonstration de son travail, Bruno Toupry prend soin de nous expliquer le soin qu'il apporte à chaque détail. A commencer par ses outils qui, nous dit-il, empruntent à un univers quasi religieux en faisant référence à la tradition du doreur de l'art sacré. Le coussin à dorer est recouvert de cuir retourné d'agneau, le pot à eau est en terre cuite, la palette à dorer est en poil de martre. 

 

Bruno Toupry travaille ici sur un baromètre du XVIIIè siècle.

 

 

Il nous offre une petite leçon de dorure: "On travaille toujours de gauche à droite pour le collage des feuilles d’or. Passez sur votre joue du suif d’agneau ou crème. Placez sur votre main opposée (gauche si vous êtes droitier) le pouce dans l’anneau sous le coussin, puis entre chaque doigts en descendant, le palet, l’appuyeux (petit pinceau en petit gris) et le couteau au plus bas. Frottez la palette sur votre joue afin de l’enduire de suif (attention au cercle de prise du palet afin que le suif soit toujours appliqué sur la même face du poil sinon la feuille colle des deux côtés du palet et provoque un gâchis de la feuille). Mouillez avec le gros pinceau aquarelle ou mouilleux, la partie à garnir de droite à gauche et de haut en bas, en prévoyant une largeur de deux feuilles et une hauteur largement plus importance que les 8 cm de la feuille d’or. Attention, l’application de l’eau ne doit pas toucher une feuille d’or posée précédemment..." 

 

 

 

 

Voici une petite vidéo des gestes du doreur.

 

 

C'est là bien sûr qu'une toute petite partie du savoir-faire de Bruno Toupry, qui nous prouve une fois de plus que l'artisan d'art est un maillon de la chaîne du temps. Il emprunte à ses prédécesseurs les techniques et les traditions, les fait siennes, avant de les transmettre à nouveau.  

 

Atelier du Nombre d'Or

37 bis rue de Montreuil, 75011 Paris

www.nombredor.com

 

 

 

 

 

Aimer
Please reload

SUIVEZ-NOUS!

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle
A lire aussi

La naissance d'un vignoble dans le Lot

May 29, 2018

Lauzerte, sur la route de Compostelle

May 11, 2018

Simond, le coutelier des glaces

May 8, 2018

1/2
Please reload