• Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon

"Un autre regard sur les savoir-faire et terroirs de France"

Lancé en 2017, THE FRENCHIP est un média qui vise à valoriser les savoir-faire et terroirs de France en mettant l'accent sur la beauté des photographies et le goût pour les belles histoires, car derrière chaque artisan, paysan, créateur, se cachent des gens passionnés et passionnants qui mettent tous leurs efforts au service du rayonnement de leur métier, de leur patrimoine régional et par dessus tout de la France. En savoir plus

 

© 2017 THE FRENCHIP 

Judith Kraft ou le secret de la viole de gambe

10/1/2018

Trois mois dans l'atelier de Judith Kraft, luthière de viole de gambe à Paris.

 

 

Entre janvier et mars 2013 le photographe Nemo Perier Stefanovitch a suivi, dans l’atelier de Judith Kraft, la fabrication d’une viole de gambe. Il nous offre son regard à la fois sensible et réfléchi d'un savoir-faire fabuleux et nous plonge dans l'univers de la musique baroque. Un véritable voyage dans le temps ou résonne le frottement des cordes d'un des plus bel instrument qui soit.

 

Installez-vous confortablement et écoutez tout en lisant cette suite pour viole de Monsieur de Sainte Colombe: ici

 

 

Judith Kraft est luthière à Paris depuis plus de 40 ans. Elle est née aux États-Unis près de Washington. Elle a toujours été passionnée par les arbres et le bois. Un jour, alors qu’elle est à l’université, elle fait une visite banale chez un luthier pour faire ajuster son violon, qu’elle joue en amateur. La porte de l’atelier est ouverte mais il n’y a personne à l’intérieur. Elle entre et se retrouve seule à regarder le bois et les outils autour d’elle. À cet instant elle comprend que c'est ce qu'elle veux faire de sa vie.

 

 

Quelques mois plus tard, elle part à Paris comme jeune fille au pair. Elle tente sa chance en allant voir Bernard Prunier, luthier excentrique dont lui avait parlé ses hôtes, qui la prend comme apprentie. Nous sommes dans les années 70 et c’est le début de la redécouverte de la musique baroque. Bernard Prunier se lance alors dans la fabrication d’instruments tombés dans l’oubli pendant presque deux siècles. Judith apprend, auprès de son maître, les bases de la lutherie, avec des clavecins et les vièles à archet. Ils abordent ensemble la fabrication des violes de gambe, “en attendant que la mode passe” pour se consacrer aux violons. Mais la demande ne fait que croître et, bien que Judith ait parfois l'occasion de faire des violons, elle devient une luthière spécialiste de la viole de gambe. 

 

 

 

J’ai entendu le nom de Judith Kraft pour la première fois à l’issue du concert d’un ami lors d’une conversation entre deux jeunes musiciens. L’un d’eux avait commandé une viole à Judith et était très enthousiaste à l’idée de découvrir le son de son futur instrument tout neuf, et il n’avait pas peur d’attendre trois ans pour l’avoir.  Trois ans ! J’étais interloqué, non seulement on fabriquait encore des violes de gambe aujourd’hui mais il y avait une liste d’attente de trois ans en raison de la forte demande. Toujours curieux de savoir comment les choses sont fabriquées, je voulais absolument rencontrer Judith pour en savoir plus. 

 

Quelques temps après, je contacte Judith pour lui proposer de faire un reportage photo sur la fabrication de la viole de gambe dont j’avais entendu parler, croyant que sa construction est sur le point de commencer. Mais la viole est déjà presqu’achevée ! Cependant, Judith me fait une proposition encore plus intéressante. Elle doit réaliser pour la Scola Cantorum de Bâle une viole renaissance d’après une gravure du 16e siècle, dessinée par un luthier et graveur nommé Ganassi, et m’invite à faire un reportage sur sa fabrication. 

 

 

Pendant trois mois je suis allé dans l’atelier de Judith Kraft trois fois par semaine. J’y ai vu bien autre chose que la suite linéaire de la fabrication d’un instrument. J’ai vu des violes à différents stades de fabrication, des réglages d’instruments, une grosse modification sur une viole de gambe du 18e siècle dont il n’existe que deux copies au monde, une viole de gambe complètement cassée pour laquelle il a fallu refaire une table d’harmonie et réparer les éclisses. Il y eut aussi des répétitions impromptues et des musiciens de passage.

 

 

Quand on entre dans un atelier de lutherie, on est tout de suite capté par les instruments accrochés aux murs et posés un peu partout. On est intrigué par toutes ces pièces de bois qui remplissent les étagères et dont certaines sèchent depuis plus de trente ans. Mais l’essentiel de ce que comprend l’atelier, j’ai mis du temps à le percevoir.

 

 

 

L’instrument prenait forme sans que ce soit réellement clair à mes sens et à mon entendement. Même avec un appareil photo, même avec une volonté de documenter chaque geste de la luthière, c’était comme si tout se faisait par enchantement.  Le vrai reportage a commencé au moment où j’ai compris que le secret la lutherie que je cherchais n’allait jamais pouvoir apparaître sur mes photos. Je n’étais pas tenu de comprendre le geste qui crée une viole mais seulement de le capter, de le rendre visible et intelligible. En regardant, juste avec les yeux je ne pouvais comprendre. C’était en faisant, en prenant et en touchant les instruments et le bois avec les mains que l’on apprenait. 

 

 

 

 

 

Ça a marqué, pour moi, la fin d’une idée romancée et romantique de l’artisanat et m’a ouvert l’accès à la beauté profonde et émouvante du geste.

 

 

 

En décembre 2017 Judith Kraft  a été officiellement nommée maître d'art par le Ministère de la Culture sous avec le soutien de l’Institut national des métiers d’art et le ministère de la culture, avec son élève Mathieu Pradels.

 

 

C’est en quelque sorte une révolution complète et un écho de sa rencontre avec Prunier. Ils fabriquent ensemble, en plus de leurs commandes respectives, des violes de gambe à deux qui, pendant un temps  précieux, porteront leur deux noms. Nous les retouverons c'est promis!

 

 

L'atelier de Judith Kraft - Maitre d'art

www.judithkraft.net

 

Marin Marais: Les Voix humaines / Petr Wagner ( qui joue sur une viole de Judith Kraft)

La vidéo

 

A lire: Tous les matins du monde - Pascal Quignard

 

 

Aimer
Please reload

SUIVEZ-NOUS!

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle
  • Twitter - White Circle
A lire aussi

La naissance d'un vignoble dans le Lot

May 29, 2018

Lauzerte, sur la route de Compostelle

May 11, 2018

Simond, le coutelier des glaces

May 8, 2018

1/2
Please reload